I’ve loved donkeys for as long as I can remember. The look, smell and feel of them. Never did I think that I would end up with five.

My husband likes to tell the story of when I was coming round from anaesthetic after a serious operation, my first words were “Have you brought me a donkey?” He said not, but jokingly gave me an IOU for 1 donkey.

Several months later, my son took me to the South of France to spend a week walking with donkeys in the beautiful countryside of Provence. It was a wonderful experience and made me more determined than ever to have a donkey of my own. After several frustrating months of trying to find a field to rent, I eventually hit lucky and a kind farmer let me have a small field with a stream at the foot of a mountain range in Snowdonia, North Wales. There was no shelter, but fortunately I have a husband who can turn his hand to building most things and before long I had a stable and feed shed in the field. Now all I needed was a donkey. Time to call in the IOU.

I heard about Mari from a farmer friend, went to see her, bought her and took her to her new home, known locally as “Donkey Palace”. I needed to find her a companion and went to see several donkeys for sale with a dealer. I fell for Precious the minute I saw her. She was the one that needed a home the most. Thin, weary and scared she stood huddled in a corner. I paid far more for her than she was worth but I couldn’t have left her there. It took a while for Mari and Precious to become friends, but now they are inseparable.

We were desperate to have some land of our own and after several years of contemplating a move to France, we eventually took the plunge and bought a farmhouse and buildings in need of renovation surrounded by  a couple of hectares of land.

A professional equine transporter took Mari and Precious to France for me. I wanted them to have plenty of room to move around whilst travelling. They arrived in good shape and soon settled in to their new home. Another building project for my husband and before long they had a large, airy stable.

After a year or so, I decided to put them both in foal and borrowed a stallion donkey for several weeks. He was difficult to handle but did his job, and just over 12 months later the foals were born. Precious first, she gave birth to Boy who thrived, and then Mari. Sadly, her foal Fleur had to be put to sleep, due to a severe malformation of the mouth, preventing her from suckling, eating and drinking. It was a very bleak day when we buried her and a sad period for us.

When Boy was 6 months old my thoughts turned to weaning and I decided to try and find him a male companion of a similar age, so that I could separate him from his mother and Mari. I searched on an equine rescue site and saw a large, grey donkey and foal in need of a home. I rang up and made enquiries. Ideally, I only wanted the foal as he was a similar age to boy and ready for weaning. Needless to say I ended up having them both – Manon and Bertie. Another building project for my husband as I needed more stable room. The boys were weaned, several months later castrated, and eventually put back in with the girls.

Now, Mari, Precious, Boy, Manon and Bertie live happily together. Their characters are quite different and each donkey has its own story to tell. They have inspired me to write the “Precious Series” of donkey stories.  I am particularly excited that the books are being translated into French and will soon be available. My French neighbours are looking forward to reading the books.

The Little French Donkey Farm would not be the same without our 2 dogs Enzo and Frida. They accompany the donkeys on walks and sit in the cart when tired. Enzo is a 3year old Border Terrier and Frida a 2 year old Teckel Poil Dur (sausage dog). Our animal family also includes Freddie, a ginger cat, Fifi a small tri-colured cat and a motley collection of hens who lay well and keep us supplied with lovely brown eggs.

 

 

 

 

Quelques mots nous concernant

J’ai toujours aimé les ânes d’aussi  loin que je m’en souvienne. Leur apparence, odeur, ce qu’ils ressentent. Je n’aurais jamais pensé que je finirais par en avoir cinq.

Mon mari aime à rappeler cette anecdote me concernant, un jour où je subis une grave operation. Alors que je me reveillais de mon anésthésie générale, mes premiers mots furent:  “tu m’as apporté un âne?”  Il me dit non, mais, en plaisantant, me donna une lettre de promesse pour  acheter un âne.

Quelques mois plus tard, mon fils m’emmena avec lui dans le Sud de la France où nous avons passé une semaine à marcher avec les ânes dans la magnifique campagne provençale. Ce fut une merveilleuse expérience qui n’a fait que renforcer ma determination à posséder un âne à moi. Après plusieurs mois de frustration à essayayer de trouver un enclos à louer, j’ai finalement eu la chance de rencontrer un amiable agriculteur qui m’a laissé un bout de terrain avec un petit cours d’eau au pied d’une montagne de Snowdonia dans le nord du Pays de Galles. Il n’y avait pas d’abri,  mais heuresement j’ai un mari qui a des doigts d’or et qui est capable de construire beaucoup de choses et peu de temps après j’avais une étable et un abri dans l’enclos. Ce qu’il me fallait maintenant était un âne. C’était le moment de demander la letter de promesse de mon mari!

Un ami agriculteur m’a parlé d’une ânesse nommée Mari. Je suis allée la voir, je l’ai achetée  et l’ai emmenée dans sa nouvelle demeure, connue localement comme le “Palais des ânes”!  Il fallait que je lui trouve un compagnon. Je suis donc allée voir plusieurs ânes à vendre. J’ai craqué pour Precious dès que je l’ai vue. C’est celle qui avait le plus besoin d’un foyer. Amaigri, fatigue et effrayée, elle était blottie dans un coin. J’ai payé beaucoup plus que ce qu’elle valait mais je ne pouvais pas la laisser là dans cet état. Mari et Precious ont mis un certain temps avant de devenir amies, mais maintenant ells sont inseparables.

Nous déspérons de trouver un bout de terrain qui soit à nous et après avoir envisage pendant plusieurs années de déménager en France, nous avons finalement fait le grand saut et avons acheté une ferme ainsi que des dépendances à renover au milieu de quelques hectares de terrain.

Un transporteur professional d’équidés a conduit Mari et Precious en France pour moi. Je voulais qu’elles aient beaucoup de place pour ne pas sentir trop à l’étroit et pouvoir bouger pendant la traversée. Elles sont arrivées en pleine forme et se sont installées dans leur nouvelle  écurie.

Après une année, j’ai decide de les mettre toutes les deux à la saillie en emprûntant un étalon pour plusieurs semaines. Le mâle a été quelque peu réticent mais il a finalement accompli sa tâche et 12 mois plus tard les petits étaient là. C’est d’abord Precious qui  donna naissance à Boy qui s’est bien développé puis ce fut au tour de Mari. Malheureusement, son  bébé, Fleur, a dû être piqué à cause d’une grave malformation de la bouche, l’empêchant de têter, de manger et de boire. Ce fut une journée lugubre quand nous l’avons enterrée  et nous avons passé un très mauvais moment.

 

Quand Boy a attaint ses 6 mois, j’ai pensé qu’il devait être castré et j’ai decide de lui trouver un compagnon du meme âge afin que je puisse le séparer de sa mere et de Mari. En effectuant des recherches  sur un site d’aide aux équidés,  j’y ai vu une grande ânesse grise et son ânon,  en quête d’un  foyer. J’ai  telephoné pour avoir des renseignements. L’idéal pour moi était de ne prendre que l’ânon puisqu’il était du meme âge que Boy et prêt à être sevré. En fait, j’ai finalement pris les deux- Manon et Bertie. Encore de travail pour mon Mari car il fallait plus de place dans l’écurie. Les ânons furent castrés et quelques mois après étaient réintoduits auprès des ânesses.

Maintenant, Mari, Precious, Boy, Manon et Bertie vivent ensemble et sont très heuruex. Leur caractère est assez different et chaque âne a sa proper histoire. Ce sont eux qui m’ont inspirés pour écrire les histories d’ânes de la série “Precious”. Je suis particulièrement heureuse que mes récits aient été traduits en français.  Mes voisins français attendant avec impatience de pouvoir lire mes ouvrages.

La petite ferme aux ânes françaises ne serait pas ce qu’elle est sans nos deux chiens Enzo et Frida.Ils accompagnent les ânes dans leurs balades et s’assoient dans la carriole quand ils sont fatigués. Enzo est un Border Terrier de 3 ans et Frida un Teckel poil dur de 2 ans.

 

N’oublions pas non plus, dans ce petit cercle, Freddie, un chat rouge, Fifi, une petite chatte tricolore et une rimambelle de poules qui pondent bien à nos besoins avec de beaux oeufs marrons.